le coin familial

L’association Le coin Familial  a pour vocation de lutter contre l’exclusion sociale et professionnelle dans les secteur d’Arras et de Bapaume.

L’association gère plusieurs structures et services et travaille en réseau avec d’autres institutions sociales.

Elle de compose de deux centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) à Arras. L’un féminin, rue du Crinchon, et l’autre masculin, rue Noël-Tranin, plus un autre sur Meurchin-Hénin.

L’association dispose également d’ateliers – chantiers d’insertion (ACI)  consacrés au repassage. Les deux premiers sont installés à Arras, rue Paul-Claudel ( Tél : 03 21 23 52 93) et 35, bd Faidherbe (Tél : 03 21 73 93 42).

Le troisième est implanté à Bapaume,12, boulevard des Écoles, (Tél : 03 21 15 78 10).

Rue Paul-Claudel, une friperie solidaire est ouverte à tout public pour se vêtir à moindre coût. Les dons de vêtements sont bienvenus, de même que ceux de matériel (portants, portemanteaux, étagères). Il y a aussi une laverie sociale (pour un public démuni).

Pour les hommes, un atelier jardinage – maraîchage est organisé à Achicourt, avec la communauté de communes des Deux Sources. Deux ateliers de bâtiment, avec les communautés de communes de l’Atrébatie et des Deux Sources et la communauté urbaine d’Arras, complètent le dispositif.

Le Coin familial accueille environ cent trente personnes à l’année (moitié hommes, moitié femmes), qui n’ont pas d’expérience professionnelle ou ont décroché suite à un « accident de la vie ». Un public sous-qualifié, « avec un niveau scolaire en dessous du CAP ». Des Français, mais aussi de nombreux étrangers dont « certains ont dû fuir leur pays ».

Les contrats aidés (CDD de six mois renouvelables une fois) sont financés par l’État, le conseil général et Arras Emploi (qui porte le PLIE, plan local d’insertion par l’économie, et reçoit le FSE, Fonds social européen) apportent leur écot, de même que la communauté urbaine et la ville d’Arras.

Les partenaires sociaux, Pôle Emploi et la Mission locale continuent d’accompagner les personnes en fin de contrat en matière d’emploi, de logement… Et le Coin familial reste « un point de repère. Les femmes reviennent voir les monitrices avec qui un lien très fort s’est créé. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s